Paris Move reviews ‘Moving East’

Reviewed By: Patrick Dallongeville

Encore peu connu sur nos rivages, Jimmy RANKIN n’en est pas moins issu d’une formation extrêmement populaire au Canada, la RANKIN FAMILY. Comme leur nom l’indique, il s’agissait d’un ensemble familial qui trusta vingt ans durant les charts et les classements nationaux dans les catégories country et folk. Originaires de la Nouvelle-Écosse, ces gens étaient passés maîtres dans l’art de combiner tradition locale et sensibilité pop. Après la dispersion du groupe, Jimmy entama une carrière solitaire, en perpétuant le succès et l’héritage, jusqu’à émigrer à Nashville pour y intégrer la foisonnante scène locale. Au bout de sept années dans la capitale country, le mal du pays le ramène finalement chez lui avec femme et enfants, et ce disque est le fruit de ces retrouvailles avec ses racines.

La ballade “These Roads” emploie ainsi la métaphore du retour vers l’être aimé pour illustrer ce périple à rebours. Des reels écossais et irlandais tels que les enjoués “Rawleigh Man” et “Haul Away The Whale” (authentiques hymnes pour arrière-salles avinées), le three steps “Highlander” (et son final à la cornemuse), ou encore le bluesy ragtime “Down At The Shore”avoisinent ainsi les climats intimistes des “John Wesley Harding” et “New Morning” de qui-vous-savez, tandis que “Turn That Boat Around” (avec son jingle-jangle de guitares) évoque le registre d’un Roger McGuinn solo, et que “Been Away” en fait autant pour le Tom Petty agreste. Les arrangements acoustiques soulignent chaque aspect de cette œuvre lumineuse. À l’image des terres d’où émigrèrent bonne part de ses occupants, Cap-Breton doit ses particularismes à son insularité. Jimmy RANKIN s’en montre le digne ambassadeur, comme en témoigne l’irish jig au fiddle qui referme cet album. Cerise sur le gâteau: l’artwork de la pochette est dû à l’immense Robert Frank!

https://www.paris-move.com/reviews/jimmy-rankin-moving-east/

Comments are closed.